La patate douce, un légume qui rougit de mille feux !

La patate douce, un légume qui rougit de mille feux

Légume utilisé en toute saison, la patate douce nous cache bien des surprises. Sportifs, nutritionnistes ou encore travailleurs du dimanche, tous la cuisinent et l’adorent. À consommer sans modération; sa couleur, son goût légèrement sucré et les possibilités culinaires variées qu’elle nous offre, font de ce légume particulier l’invité idéal de nos repas quotidiens ou buffets prestigieux.

Il était une fois la patate douce ...

Mystérieux tubercule, la patate douce nous cache encore ses origines. Ramenée par Christophe Colomb en Europe, elle était déjà cultivée dans l’Amérique tropicale et en Polynésie. Des études archéologiques ont révélé sa présence au Pérou 8 000 ans avant notre ère, mais rien n’indique qu’elle était domestiquée. Celle-ci n’est présente en France que depuis 1750.

La patate douce est un féculent et non un légume. Régulièrement confondue avec la pomme de terre, elle en est pourtant bien différente. Patate douce et pomme de terre ont beau être toutes deux des féculents, elles ne sont pas de la même famille. En revanche, toutes deux ont la même origine : l’Amérique centrale et l’Amérique du Sud.

Les dix principaux pays producteurs de patates douces sont : la Chine, le Nigeria, la Tanzanie, l’Éthiopie, l’Indonésie, l’Ouganda, le Vietnam, les États-Unis, l’Inde et le Rwanda. Chaque année, ce sont plus de 100 millions de tonnes de patates douces qui sont cultivées dans le monde.

Quelles sont les variétés de patate douce ?

La patate douce, ce n’est pas qu’une grosse racine orange. On dénombre aujourd’hui plus de 7 000 variétés…

Elle peut avoir des formes variées : ovale, allongée, … Et sa peau arbore, elle aussi, des couleurs différentes : crème, jaune, orange, rose, rouge-violet… tout comme sa chair, qui peut être blanche, crème, jaune ou orange. Les tubercules peuvent peser jusqu’à 5 kg ! Les patates douces à chair orange sont plus goûteuses et plus nutritives.

En France, on trouve deux variétés à chair blanche (la Bonita et la Murasaki 29) et une variété à chair orange (l’Evangeline).

  • La Bonita est une patate douce ayant un gros tubercule à la peau pourpre rosé et à la chair blanche. Son goût est légèrement sucré.
  • L’Evangeline est une patate douce à la peau orange et à la chair orange vif. Son goût est très sucré.
  • La Murasaki 29 est une grosse patate douce à la peau rose pourpré et à la chair blanche, peu sucrée et à l’agréable petit goût de noisette.

Les patates douces à chair pâle sont moins sucrées que celles à chair orangée. Leur goût s’approche un peu de celui de la châtaigne. Petit inconvénient : elles ont tendance à avoir une chair farineuse. Les patates douces à chair blanche peuvent facilement remplacer les pommes de terre.

Les patates douces à chair orangée, plus sucrées et à la texture plus humide, peuvent prendre la place de la carotte, du potiron ou du potimarron. Elles peuvent même s’intégrer à des recettes sucrées !

Quand et comment cultiver la patate douce ?

Sa récolte, en France, a lieu en automne : fin octobre-début novembre. Sa pleine saison de consommation s’étend du mois d’octobre au mois de mars, où elle est au top de sa qualité. Toutefois, on en trouve toute l’année sur les étals.

La culture de la patate douce est relativement aisée. Si elle s’adapte à tous les terrains, elle craint surtout les températures trop basses et le manque d’eau.

  • Plus facile à mener que celle des céréales, la culture de la patate douce s’adapte notamment aux climats arides et aux sols pauvres. Elle préfère néanmoins des sols profonds, bien irrigués et riches en humus. La patate douce est plutôt exigeante en eau.

 

  • Elle n’aime pas le froid, elle n’a donc pas rencontré de terrain très favorable en France, si ce n’est en Provence et en Languedoc-Roussillon, où le semis se fait à partir du mois d’avril.

 

  • La récolte s’effectue 4 à 6 mois plus tard, quand les feuilles commencent à dessécher.

Comment choisir et conserver ses patates douces ?

La patate douce n’est pas un légume particulièrement fragile. Il faut la choisir en confiance en surveillant un ou deux détails et veiller à la conserver dans de bonnes conditions c’est-à-dire au frais et au sec. Pour éviter qu’elle noircisse plongez là dans l’eau froide en attendant de la cuisiner. Vous pouvez, éventuellement, ajouter un jus de citron dans l’eau.

Comment la choisir ?

  • La patate douce en main doit être ferme et lourde. Sa peau est naturellement marquée, mais il ne faut pas qu’elle soit tachée ou clairement abîmée.
  • Aucune odeur doit émettre du légume
  • Pas trop biscornue : la forme ne change rien à la saveur, mais ce sera plus facile à peler avec un économe…

La patate douce ? Un légume bon pour la santé ?

Sa composition nutritionnelle lui confère de nombreux bienfaits pour l’organisme, qui doivent inciter à la mettre régulièrement au menu. Peu calorique, la patate douce contient une quantité élevée d’antioxydants, de vitamine A, B6, B3, C et de minéraux (potassium et calcium).

Ses différents atouts :

  • Elle prévient les cancers : Plusieurs éléments interviennent dans la prévention des cancers grâce aux propriétés antimutagènes de ce tubercule. 
  • Bienfaits pour la peau : La patate douce donne bonne mine. C’est grâce à sa teneur en vitamines A et C,  qui limitent le vieillissement cutané, et l’apparition des rides.
  • La patate douce protège les yeux : Là encore, c’est en raison de sa teneur en vitamine A. Elle intervient dans l’irrigation des yeux, le fonctionnement de la rétine et la vision nocturne.
  • Un féculent qui participe au contrôle de la glycémie : La patate douce est donc un aliment intéressant pour les personnes diabétiques. Elle les aide à mieux contrôler leur glycémie par ses fibres qui régulent le taux de sucre dans le sang.
  • Elle est anti-inflammatoire : Un bienfait dû à sa grande variété de minéraux (Potassium, calcium, magnésium …)
  • Elle préserve des maladies cardiaques : La vitamine C et le bêtacarotène contenus dans la patate douce limitent l’oxydation du mauvais cholestérol, un important facteur de risque de maladies cardiovasculaires.

Est-ce que la patate douce fait grossir ?

La réponse est non. La patate douce favorise le contrôle du poids. Ses fibres, son index glycémique modéré et son apport calorique raisonnable permettent de ressentir rapidement un sentiment de satiété, ce qui limite les risques de grignotages

Comment la cuisiner et la consommer ?

Sa chair orangée met de la gaieté dans tous vos plats. Délicatement sucrée, elle se cuisine de l’entrée au dessert. Bien qu’elle ne soit pas apparentée à la pomme de terre, la patate douce se cuisine aussi facilement que sa fausse cousine : de mille façons !

Il y a 5 façons de cuire la patate douce. Et si toutes ne prennent pas le même temps, elles ne sont pas, non plus, équivalentes sur le plan de la santé.

Repère de cuisson

  • A la vapeur : La patate douce cuit en 10 à 12 minutes après avoir été coupée en deux et à condition qu’une petite ébullition soit maintenue dans le cuit-vapeur. Ce mode de cuisson est le meilleur pour la santé
  • Au four : Le temps de cuisson de la patate douce est long. Il faut compter entre 50 minutes et 1 heure. 
  • À l’eau bouillante : La patate douce cuit en 20 minutes à l’eau bouillante. La cuisson à l’eau peut être utilisée pour confectionner une soupe ou une purée…
  • À la poêle : La patate douce cuit entre 15 à 20 minutes à la poêle.
  • À la friteuse : On compte environ 10 minutes de cuisson.

Mariage & assortiment

Excellent complément des plats de poisson aussi bien sur le plan nutritionnel que gustatif :

Que ce soit en soupe à l’eau bouillante salée et poivrée accompagnée d’un oignon, en purée écrasée à la fourchette avec une noisette de beurre, en gratin, au four avec du gruyère râpé, de la noix de muscade et de l’huile d’olive, en frite avec du paprika ou du piment d’Espelette ou encore en tarte accompagné de miel et de cannelle, la patate douce saura émoustiller toutes les papilles.

La patate douce peut se consommer de divers manières plus succulentes les unes que les autres ….

Que faire avec les épluchures de patate douce ?

Faites-en un bouillon de légume !

  • Nettoyez bien la peau des patates douces.
  • Épluchez-les et séchez-les.
  • Disposez les épluchures sur une plaque de cuisson et laissez les sécher pendant 1 ou 2 jours.
  • Mixer les pour obtenir des légumes mixés prêts à être jeter dans l’eau pour vos bouillons les plus réconfortants d’hiver

N’hésitez pas à nous suivre sur Facebook et Instagram pour découvrir nos coulisses, menus hebdomadaires (en story) et autres partages quotidiens ou presque ! 

Partager cet article

Abonnez-vous à notre Newsletter

Autres articles

Abonnez-vous à notre Newsletter